lundi 12 mars 2012

Ma nouvelle vie de maman

Pendant que j'ai ma petite boule d'amour qui dort profondément bien accotée sur moi, un de ces moments où le temps semble s'arrêter, l'idée m'est venue de revenir faire un tour sur cet espace qui fut un temps beaucoup plus habité qu'il ne l'est présentement.

Antoine est né le 28 décembre 2011. Le plus beau des cadeaux pour ses parents. Depuis, il ne cesse de grandir et de nous surprendre, tout comme l'amour que j'ai pour lui.

Et voilà qui boucle la boucle. De la jeune femme rêveuse et insécure que j'étais au commencement de ces pages, je me trouve maintenant étonamment posée et seraine, avec les deux hommes que j'aime à mes côtés. Et du coup, je crois que le moment est venu de tirer ma révérance, afin de clore le tout en beauté.

Merci de m'avoir suivie au travers de toutes ces années. J'ai beaucoup apprécié ce petit monde virtuel que je me suis créé, mais maintenant, j'ai mon monde à moi qui suffit à me combler.

Je range cette plume, qui n'est plus mienne, et j'oserai vous dire "À la prochaine", car après tout, qui sait où nous pourrions nous retrouver!...

Bébé Antoine, le jour de ses 2 mois

mercredi 12 octobre 2011

Petit pied le dinosaure

J'ai l'impression que bébé commence à être à l'étroit, malgré les presque 30 livres que j'ai déjà prises au cours des six derniers mois et demi, parce que depuis plusieurs jours, je sens régulièrement des "membres" qui poussent sur ma bédaine.

J'ai été parmi les chanceuses à sentir bébé bouger vraiment tôt. Depuis quelques semaines, ce sont les séances intensives de hoquets qui ont fait leur apparition. Mais là, ça me fait des bosses visibles à l'oeil nu, et je peux sentir avec mes mains un ptit pied ou un coude qui a décidé de rester accoté là, et je peux même m'amuser à le repousser en appuyant dessus. C'est vraiment drôle. Je pourrais passer des heures à faire ça.

En tous cas, mon ptit bonhomme risque d'avoir de l'énergie à revendre, si ça continue comme ça! Et je pense qu'il n'a pas encore compris que même s'il continue à pousser de toutes ses forces, il n'arrivera pas à sortir par mon nombril!

lundi 10 octobre 2011

La bédaine sous les projecteurs

Petite séance photo entre amies, et la photographe en a profité pour croquer quelques clichés de ma bédaine de 25 semaines, à l'époque. Voici un petit échantillon du résultat!

dimanche 25 septembre 2011

Corde sensible

Long time no see!

Malgré que j'essaie de diminuer tranquillement ma charge de travail au bureau en prévision du congé de maternité qui s'en vient, j'ai vraiment eu un dernier 3 semaines d'enfer. Procès par-dessus procès, par-dessus procès. Des semaines entières où je n'ai pas mis le ptit orteil dans mon bureau, si ce n'est que pour aller récupérer mon dossier du lendemain, en fin de journée.

On a une pratique très "sociale" au bureau, exerçant dans des domaines et avec de la clientèle pas toujours facile. J'ai toujours très bien réussi à gérer mes dossiers avec assez de sensibilité pour que mes clients se sentent supportés, mais sans me laisser envahir par les contextes difficiles de mes dossiers, et particulièrement en matière de protection de la jeunesse.

Depuis que je suis enceinte, je réalise que ce détachement que j'ai toujours facilement réussi à avoir devient soudainement moins évident. Quand je lis des rapports qui font état d'un enfant négligé, de ses importants retards dans toutes les sphères de sa vie, d'un absence de lien d'attachement avec le parent (que je représente), et par-dessus tout, quand ledit parent vient à mon bureau avec son bébé, qu'il a peine à s'en occuper et que les 2-3 mots qu'il lui adresse sont des cris et des reproches, je commence à avoir ben de la misère.

J'ai fait un dossier d'adoption dernièrement, dans lequel je représentais l'enfant en cause. Après avoir pris connaissance du dossier et avoir entendu les témoins, j'en suis venue à la conclusion que l'adoption était dans l'intérêt de l'enfant et que c'était la meilleure décision que le Tribunal pouvait prendre. Mais une fois rendue à mon tour de plaider et de donner ma position, j'avais le trémolo dans la voix et malgré que j'étais convaincue par ma décision, je ne pouvais pas m'empêcher de penser à cette maman pas très loin qui m'entendait dire que son enfant devrait perdre tout lien qu'il a avec elle...

Pas facile, surtout quand, pendant ce temps-là, on reçoit un petit coup de pied bien animé dans le bedon, qui nous rappelle à quel point on donnerait tout pour ce petit bonhomme et qu'on ne supporterait pas d'un jour en être privée...

dimanche 28 août 2011

Espace public

Hier, est la journée officielle où ma bédaine est devenue un espace public.

C'est un phénomène qui reste assez répendu chez les femmes enceintes : les gens nous félicitent en nous touchant la bédaine.

On s'entend qu'à partir du moment où il y a un bébé dedans, la bédaine perd toute autre utilité et soudainement, devient un espace public que tout le monde se permet de toucher. Avec tous les suivis médicaux et les échos, c'est assez rapide qu'on perd pas mal de notre pudeur.

Mais ce qui me surprend, c'est la sélection de gens qui touchent la bédaine. Autant ça ne me dérangerait pas de la part de parents proches ou d'amis proches qui ne le font pourtant pas où qui prennent la peine de poser la question avant de le faire, ce sont surtout des collègues et des belles-tantes et beaux-oncles qui prennent pour acquis que ma bédaine, depuis qu'elle dépasse le reste et se permet d'utiliser quelques centimètres cubes de plus dans l'espace, est à la disposition de tous!

J'essaie de rester zen et de prendre ça à la légère, parce que dans le fond, c'est juste un drôle de phénomène. Et puis, il y a pire. Watch out quand des madames bizarres vont vouloir toucher à mon bébé dans sa poussette! Là, je vais sortir mes crocs!